Faut pas croire tout ce qu’on dit à propos des centres d’hébergement!

Sylvie Cajelait, conseillère en communication, Association des établissements privés conventionnés

Vous avez peut-être déjà entendu dire : « En CHSLD, vous n’aurez plus de choix à faire, tout sera décidé à votre place? ». Soyez sans crainte, ce n’est pas le cas.

Si vous ou un de vos proches deviez vivre en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), vous auriez à faire des choix qui auraient un impact direct et positif sur votre qualité de vie. Quand une personne arrive en CHSLD, quel que soit son degré de perte d’autonomie, elle garde le pouvoir d’exprimer ses choix et de décider pour elle-même. Ses droits ne disparaissent pas parce qu’elle est hébergée.

On appelle résidents les gens qui habitent en CHSLD. Pour bien comprendre le parcours d’un nouveau résident et les choix qu’il aura à faire, imaginons que ce nouveau résident soit votre père et que vous l’accompagnez dans cette nouvelle aventure.

Les choix en CHSLD, pour une meilleure qualité de vie
Les CHSLD sont avant tout des milieux de vie dont l’aménagement et les soins sont adaptés aux gens qui vivent avec de grandes limitations. Qu’elles soient physiques, cognitives, ou les deux, ces incapacités sont prises en considération et sont abordées dès l’arrivée du résident. Si votre père devait opter pour ce type d’hébergement, une équipe de professionnels de la santé l’accompagnerait pour l’aider à apprivoiser ce nouvel environnement. Cela l’aiderait à prendre des décisions libres et éclairées. Il est important de profiter des occasions qui lui seront présentées pour faire valoir ses préférences.

Les premiers choix
Ce sont des choix nécessaires qui aident le personnel du CHSLD à connaître les personnes qui y habitent. Certains choix se font avant l’arrivée, comme la sélection du CHSLD où on veut habiter et le type de chambre désiré. D’autres seront faits au tout début du séjour, comme la sélection d’une personne à contacter en cas d’urgence.

Les choix au quotidien
Puis, viennent les choix liés à la vie quotidienne qui permettront au personnel et aux bénévoles de se familiariser avec les goûts et les préférences de chacun. Rappelez-vous qu’ils veulent apprendre à connaître les résidents et qu’ils ont besoin d’eux pour proposer un environnement qui répond à leurs attentes. Le résident est le principal partenaire dans la recherche de son mieux-être. Il doit faire part de ses goûts. Dans le cas fictif où votre père serait hébergé, on discuterait de ses préférences alimentaires, on choisirait des menus, on discuterait de l’organisation des repas, de l’aménagement de sa chambre, du calendrier des activités du CHSLD, des types de loisirs offerts. On lui poserait des questions sur ses routines quotidiennes afin de l’accompagner dans la transition vers un nouveau rythme de vie.

Et si on n’est pas en mesure de faire des choix…
La notion de choix est bien présente en CHSLD et les résidents gagnent à saisir les occasions de personnaliser leur milieu de vie. Cependant, il se peut que des limitations cognitives nuisent à la prise de décision d’une personne. Il est donc important pour le CHSLD qui l’accueille de pouvoir compter sur un de ses proches ou encore sur un ami qui la connaît bien pour discuter de ses préférences et de ses habitudes. Ensemble, le personnel, la personne hébergée et ses proches forment une équipe permettant d’offrir les soins requis à l’intérieur d’une routine qui lui conviendra.

Et si nos choix ne sont pas respectés
Si on a l’impression que les choix du résident ne sont pas respectés, il est important d’en parler au personnel de l’établissement afin de régler la situation. Au besoin, le comité des résidents du CHSLD peut également informer et appuyer le résident dans ses démarches. Si le résident désire porter plainte, le Commissaire local aux plaintes et à la qualité des services peut l’accompagner et le conseiller dans ses démarches. Tous ces mécanismes n’ont qu’un seul but : s’assurer que la vie en CHSLD respecte les droits et les choix de tous les résidents.