Les secrets de la longévité révélés par une centenaire

vivresante1Texte : Karine Limoges

Claire Sigouin célèbrera son 101e printemps le 23 mai. Autonome et vive d’esprit, elle conduit encore tous les jours sa Honda Civic et vit seule, à Bois-des-Filion, dans l’ancienne maison de campagne de ses parents. Selon la centenaire, le secret pour vieillir en santé en est un de polichinelle : il faut bouger, sortir tous les jours… et avaler « une petite affaire » de Brandy chaque matin après le déjeuner.

Vous avez de bons gènes, semble-t-il, auriez-vous cru possible de vivre jusqu’à l’âge vénérable de 100 ans ?

On ne le sait jamais. Mais non, je ne pensais pas me rendre jusqu’à 100 ans. Ma mère a vécu jusqu’à 76 ans, elle est décédée en 1948. À une époque où les gens ne vivaient pas vieux, c’est quand même quelque chose.

Et vous, jusqu’à quel âge aspirez-vous poursuivre votre chemin ?

On ne peut pas savoir. La dernière doyenne de l’humanité est décédée à 117 ans (une Lavalloise de 120 ans détiendrait aujourd’hui le titre), c’est très vieux. Je ne pense pas me rendre jusque-là, mais je veux continuer à vivre tant que je suis en forme, que je peux jouer à la pétanque et rencontrer des gens.

Quel est le secret de la longévité, selon vous ?

Il n’y a pas de secret. Je me laisse vivre, je sors tous les jours. Il est rare que je me berce tranquille dans ma chaise berçante. Au Club Lorr«Aînés», à Lorraine, je joue le dimanche aux dominos « Train mexicain », le lundi, au Canasta, le mardi, je fais mes commissions, le mercredi, je joue au 500, le jeudi, au Whist militaire et le vendredi, je fais le ménage! Ça fait du bien de sortir, et ne pas rester à la maison. L’été, je joue deux fois par semaine à la pétanque. Ça me tient en forme et c’est un bon exercice pour les yeux.

À 100 ans, vous conduisez encore votre voiture, êtes-vous plus craintive qu’auparavant derrière le volant ?

Il y a plus de trafic qu’avant. Je prends la voiture pour faire mes commissions et me rendre à mes activités, à Rosemère ou Lorraine, pas très loin de chez moi. Je fais peu de millage, mon auto a 14 ans et elle a roulé 20 000 kilomètres. J’ai ma place comme les autres sur la route, mais je ne prends plus [l’autoroute] 640, je ne conduis plus le soir et j’évite de conduire lorsqu’il y a une tempête de neige.

Que faut-il manger pour rester, tout comme vous, en forme longtemps ?

Il ne faut pas manger beaucoup ! Je n’ai pas un gros appétit, j’évite les chips, la liqueur, les gros spaghettis. Je cuisine des légumes, des œufs, très peu de viandes. Après le déjeuner, je prends une petite affaire de Brandy. À 100 ans, vous savez, on n’a pas la même énergie qu’à 20 ans. Et puis ça brûle les microbes (rires).

Éprouvez-vous parfois certains ennuis de santé ?

Je ne peux pas me plaindre. Je ne prends aucun médicament.

Qu’est-ce que le bonheur pour vous ?

C’est d’avoir la santé et, pour cela, je remercie le Bon Dieu.