Trouver chaussure à son pied

Dr Serge FecteauDr Serge Fecteau, médecin spécialiste en médecine physique et réadaptation (ou physiatre), Institut de réadaptation en déficience physique de Québec

Nos chers pieds! Si utiles, voire indispensables. Sans eux, comment se déplacer? Et pourtant, trop souvent mal-chaussés, on les néglige aux dépens de la mode et de notre manque de connaissances pour le choix de bonnes chaussures.

Le pied
Déjà, lorsque nous sommes bébé, entre 10 et 18 mois, ils se mettent à l’œuvre. Ils nous tiennent debout, nous font marcher, puis sauter, courir, grimper et nous permettent d’explorer. Ils deviennent ainsi les grands complices de nos premières découvertes, mais le resteront aussi pour toutes les activités de notre vie. Il faut donc bien s’en occuper, incluant le choix de bonnes chaussures, adéquates selon l’activité.
Du talon jusqu’aux orteils, le pied est constitué de 26 os avec plusieurs petites articulations entre eux. Tout cela donne juste assez de mouvement dans tous les sens pour permettre au pied de bien s’adapter au sol en toute circonstance, quel que soit le type de surface. Il est agile, sensible, solide et fort, car il porte notre corps dans différentes conditions; mais il y a des limites à le surcharger.
En vieillissant, il devient plus fragile. L’arthrose s’installe et le déforme, pouvant causer des douleurs et rendre le chaussage plus difficile. Il y a aussi la perte du calcium dans les os (ostéoporose), qui le rend plus faible. Ce qui peut provoquer de petites fractures sans qu’il y ait d’accident (fractures de stress). De bonnes raisons pour s’en soucier et mieux le protéger.
Lorsque nous marchons, nous faisons ce qu’on appelle un « déroulement du pas ». On commence par déposer le talon au sol, ce qui crée un impact. Puis, le poids du corps avance sur le devant du pied et le tout se termine par la poussée des orteils, le gros orteil étant le plus important. La chaussure doit assister le pied tout au long de cette séquence de « déroulement ».
La chaussure
La chaussure a pour but de protéger, soutenir et stabiliser le pied afin de marcher de façon efficace et confortable. Elle a évidemment un rôle esthétique qu’on ne peut ignorer, car elle doit suivre les tendances de la mode et va même refléter notre personnalité.
Voici les caractéristiques d’une bonne chaussure :
• Un talon large (c’est plus stable), absorbant et pas plus haut que 2 pouces – pour éviter la fatigue au dos et aux genoux.
• L’arrière, qu’on appelle contrefort, est rigide (pour un meilleur maintien), mais son rebord bien rembourré, pour éviter de blesser la peau.
• Une semelle absorbante et de préférence antidérapante.
• Un cambrion rigide – partie plus épaisse sous la semelle, allant du talon jusqu’au milieu de la semelle – pour l’empêcher de plier et de se tordre au centre.
• La semelle ne pliera qu’à la base des orteils, pour permettre une fin de pas naturelle.
• Parfois, la semelle a une forme en « berceau », ce qui limite les mouvements de la cheville et des orteils pour les protéger.
• L’avant de la chaussure est souple, parfois extensible, suffisamment large, bien ventilé et le bout plus ferme pour protéger les orteils.
• Une chaussure lacée ou à velcro maintient mieux le pied qu’une chaussure ouverte.
• Une sandale avec l’arrière fermée est plus stable.
• Un bottillon maintient mieux la cheville.
En conclusion, bien se chausser et protéger ses pieds, c’est prévenir des problèmes qui pourraient nuire à notre mobilité et nous empêcher de rester actif longtemps.